Quel VTT choisir ?

Comment choisir son VTT ?

Choisir un VTT adapté peut s’avérer compliqué dans le foisonnement d’informations et conseils variés que vous allez pouvoir rencontrer.

VTT Semi-rigide ou tout-suspendu ?

Cette question interviendra très rapidement mais sachez qu’un VTT semi-rigide fera tout à fait l’affaire sur la GTMC. Ce type de modèle convient d’ailleurs sur la plupart des terrains et sera plus agile en montée. Un tout-suspendu, c’est plus de confort mais aussi un prix plus élevé et plus d’entretien à la clé, notamment avec la suspension arrière. À contrario, avec un tout-suspendu, vous aurez une meilleure adhérence, augmenterez votre vitesse en descente et les erreurs de pilotage seront plus facilement gommées. 

Quel matériau pour le cadre ?

À VTT, le poids devient vite un ennemi. Même si le cadre acier est un gage de robustesse et de filtration des vibrations, le poids de votre VTT en sera plus conséquent. Un cadre aluminium est donc un bon compromis au niveau du ratio prix-poids. Le cadre carbone est encore relativement coûteux et plutôt à réserver à une utilisation intensive. De manière générale, il faudra mieux privilégier un excellent cadre aluminium à un cadre carbone d'entrée de gamme...

Quelle taille pour les roues ?

Trois tailles de roues existent : 26″ / 27,5″ et 29″ (“= pouces) - 559 mm / 584 mm et 622 mm

Le 29″ et 27,5″ sont les nouveaux standards et équipent la majorité des VTT récents, ces roues sont plus grandes et offrent un meilleur rendement sur les parcours roulants. De manière générale, cette taille de roue est adaptée à la GTMC. Les VTT plus anciens sont équipés en 26″, des roues plus petites qui offriront plus de maniabilité et de réactivité. Le 27,5″ (650 B) est un excellent compromis entre roulabilité et maniabilité, donc tout indiqué pour une Grande traversée VTT. Des déclinaisons du 27,5 et du 29 en 27,5+ et 29+ sont aussi disponibles. Elles correspondent à une jante plus large susceptible de recevoir un pneu de section entre 2.60 et 3.00 pour accroître adhérence et confort. Louer et essayer un maximum de VTT sera la solution pour vous accompagner vers le choix le plus adapté à votre pratique.

Frein V-Brake ou disques ?

Les freins à disque sont indiscutables. Plus puissants, plus réactifs, ils offrent un confort de freinage que le traditionnel V-Brake ne pourra égaler, surtout par temps humide. Une taille de disque de 180 mm est suffisante. Attention à l’entretien et à la manière de freiner dans les descentes pour éviter la surchauffe.

Zoom sur la transmission

Avoir une bonne transmission sur son VTT est un équipement que vous ne regretterez pas. Le triple plateau a cédé la place depuis quelques années à des transmissions compactes en double plateau ou en mono plateau. Le double plateau sur un VTT offre aujourd’hui une amplitude de développements plus adaptée pour une pratique itinérante même si en matière de développements chaque biker a ses préférences.

Les deux leaders de la transmission VTT, SRAM et Shimano proposent des transmissions moyenne et haut de gamme qui seront adaptées à une pratique itinérante. L'entrée de gamme est à déconseiller pour une utilisation en montagne.

Nos recommandations :

  • Pour un triple plateau : cassette 9 ou 10 vitesses avec pignons de 11 à 36 dents

  • Pour un double plateau : cassette 10 ou 11 vitesses avec pignons de 11 à 42 dents 

  • Pour un mono plateau : cassette 11 ou 12 vitesses avec pignons de 10 à  50 dents

Choisir un VTTAE

Le VTT à assistance électrique, ou VTTAE, est un vélo équipé d’un système électrique aidant le cycliste lors de son pédalage. Il fonctionne grâce à un moteur électrique alimenté par une batterie et contrôlé par des commandes au guidon ainsi que par des capteurs positionnés sur le vélo.

Le VTTAE c’est un travail d’équipe entre vous et votre monture.

L’autonomie de votre batterie dépendra de plusieurs facteurs :

  • le relief envisagé

  • votre pratique du vélo

  • le poids du cycliste et de son chargement sur le VTT (sacoches, remorque)

VTTAE, le VTT à assistance électriqueSi vous souhaitez acquérir ou louer un VTTAE, voici nos conseils :

  1. Bien communiquer au vendeur ou loueur votre pratique du vélo, le type de relief sur lequel vous souhaitez rouler, votre poids et le chargement envisagé ou non sur votre monture.
     
  2. La puissance : Si vous pédalez en région à fort relief ou que vous êtes dans une zone plutôt plate, si vous avez une pratique sportive ou non, la puissance requise ne sera pas la même. Elle est calculée par rapport au moteur : en Watts (W), 250W pour la plupart, ainsi qu’en newton/mètres (Nm), valeur qui fera la différence pour une même valeur en W : environ 30-40 Nm pour un pilotage "tranquille" jusqu'à 80 pour les moteurs les plus puissants.
     
  3. La batterie : Idéalement amovible afin de faciliter sa recharge (sur prise classique de 220 volts) et son stockage en sécurité, elle définit l’autonomie de votre système d’assistance. Les matériaux utilisés ainsi que la qualité de la fabrication influeront sur sa fiabilité.
     
  4. Investir dans un antivol : un VTTAE peut donner envie à d’autres par sa valeur et son aspect « high-tech », alors sécurisez le lors de vos haltes, quelles qu’elles soient, avec un antivol de qualité !

Vous pouvez calculer l’autonomie de votre batterie avec l'assistant Bosh ebikes Systems

Vous avez aimé ?

Vous aimerez surement ça aussi...