Quel équipement ?

L’équipement de votre VTT

Prévoir un voyage à VTT sous-entend de ne pas lésiner sur l’équipement et les composants de votre VTT ou VTTAE. Il serait dommage de perdre du temps à cause d’un dérailleur vieillissant ou d’une chaîne qui casse faute d’entretien.

Avant de partir dans l’aventure de la GTMC à VTT, nous vous recommandons de passer chez votre vélociste préféré afin de faire réviser votre vélo. N’hésitez pas à changer une pièce sur votre monture ou d’investir dans un équipement adapté si nécessaire.

Même si des loueurs/réparateurs sont présents le long de l’itinéraire n’oubliez pas que vous traversez le Massif central et qu’à certains endroits la civilisation peut se faire rare…

Les points de contrôles indispensables avant de s’élancer dans l’aventure

  • les plaquettes de freins
  • l’état des câbles
  • la purge des fourches
  • la transmission (état de la chaîne, dérailleurs)
  • vérification d’éventuelles fissures sur le cadre

Le choix des pneus

Ce choix est important pour se lancer dans la Grande Traversée du Massif central à VTT.

Le choix du pneu se fait selon votre pratique, votre vélo, le type de terrain et la météo. Si vous vous élancez dans l’itinéraire dans son intégralité, on vous recommande des pneus polyvalents avec des crampons plus importants sur les côtés pour l’adhérence et une bande de roulement avec des crampons plus petits. On vous recommande fortement de demander l’avis à votre vélociste.

Quelques réparations à connaître avant de partir

Crevaison : tout bon VTTiste doit savoir changer sa chambre à air et réparer une crevaison. On vous conseille de réparer plutôt que d’utiliser une bombe anti crevaison qui rendra votre chambre à air inutilisable. On vous recommande d'avoir toujours 2 chambres à air avec vous.

Le dérailleur avant ou arrière est cassé : pas de panique ! Il suffit de démonter le câble du dérailleur cassé, votre VTT est alors transformé en pignon fixe et vous pouvez rouler jusque chez un réparateur.

La fourche est bloquée : cela ne vous empêchera pas de rejoindre un réparateur à vélo.

Chaîne cassée : si un maillon est cassé, enlevez-le grâce au dérive-chaîne et utilisez une attache rapide pour remplacer le maillon cassé. Cette opération peut s’avérer plus délicate.

Le transport des bagages sur un VTT

Si pour un voyage à vélo traditionnel, on peut se permettre quelques petits plaisirs au niveau des bagages, pour un voyage à VTT en autonomie, le poids sera clairement votre ennemi. Petit tour d’horizon des bonnes pratiques si vous envisagez de faire la GTMC en transportant vos bagages.

Dans tous les cas nous vous recommandons des équipements Gore-Tex, pensez à protéger vos documents et appareils sensibles sous des pochettes étanches.

1/ Le sac à dos est à proscrire

Si pendant longtemps, le transport des bagages à VTT était compliqué, de nouveaux systèmes fiables existent désormais. Votre dos supportera difficilement les 30 000 m de dénivelé de l’itinéraire. Si vous envisagez de transporter votre équipement il faudra penser à s’équiper en mode bikepacking. Vous pouvez néanmoins utiliser un camelback pour vous hydrater plus facilement.

2/ Le Bikepacking, des sacoches adaptées

Le bikepacking est la solution clairement recommandée pour ce type d’aventure.

Une sacoche accrochée directement à la selle, une sacoche sur le guidon et une sacoche accrochée au cadre et vous voilà équipé en mode bikepacking. Plus qu’un équipement, c’est une vraie façon de voyager qui allie légèreté et robustesse. Vous trouverez ce type d’équipement dans des magasins vélo spécialisés ainsi que sur internet. Pensez sacoches étanches, sur un voyage longue durée une averse n’est pas rare…

3/ Transporter ses affaires en remorque

Autre solution qui existe depuis quelques années déjà, la remorque. Attention, on parle de remorque adapté à la pratique du VTT comme la Bob ibex par exemple. Tracter une remorque peut s’avérer délicat notamment sur les singles tracks de l’itinéraire et lors des rares “poussettes” .

L’équipement annexe à ne pas négliger

Le port du casque est vivement conseillé, il peut être accompagné de lunette pour vous protéger d'éventuelles projections, moucherons et autres perturbateurs.

Des gants s’avèrent très utiles sur de la longue distance, ils réduisent les frottements de vos mains et l’usure de vos poignées de guidon.

Le cuissard ou un short de VTT vous protégera des frottements avec la selle, un vrai confort lors d’une rando vtt même si le style n’est pas toujours au rendez-vous…

Un garde boue avant et arrière est fortement conseillé, certains endroits sur le parcours peuvent être humides.

Les chaussures VTT automatiques et les pédales adaptées vous permettront d’avoir un meilleur équilibre et rendement sur votre VTT. Si vous n’êtes pas prêt à passer en automatique, prévoyez au moins d’équiper vos pédales de cales pieds.  

Prévoyez un kit de réparation composé d’une ou 2 chambres à air, kit crevaison, démonte-pneus (suivant la rudesse des pneus), une clé multifonction, une pompe, un chiffon, un dérive chaîne et maillon attache rapide. Sachez que les établissements GTMC recommandés proposent une mallette de réparation.

Pour les VTT équipés de freins à disques, on vous recommande de partir avec un jeu de plaquettes conforme à votre VTT.

Ne pas oublier une mini trousse de secours avec au moins une couverture de survie, des compresses/pansements stériles, un désinfectant, de la crème solaire.